Je fais de l’éloquence car je veux être avocat pénaliste. C’est une réelle passion et je crois en plus que l’art de bien penser se résume à l’art de bien parler. Je pense qu’on est toujours limité par nos mots, l’étendu de nos pensées c’est ce que l’on peut formuler. La pensée devient claire lorsqu’elle trouve les mots qui l’expliquent. J’ai la conviction qu’il faut avoir un viatique langagier sans fin pour pouvoir exprimer une parole qui touche le cœur, l’âme ou l’intellect de ceux à qui l’on parle. C’est la mécanique vivante de l’orateur.

J’ai une famille très politisée ! On est tous de gauche mais pas de la même donc on n’est souvent pas d’accord. On débat tout le temps et parfois on s’engueule sur ce qui se passe… Mais du coup, maintenant je pense que je m’engueule moins avec des gens de droite qu’avec des gens de gauche.